Archives mensuelles : janvier 2016

ordinaire

IMG_7902

New-York, été 2015

 

 

learning to fly

 

ça fait l’oiseau les pans de
la robe de chambre ouverte
par dessus son jean et son pull
quand elle
marche
dans le jardin jusqu’à
la boîte aux lettres
quatre heures de l’après-midi
une journée pour elle
courrier prospectus
elle ne referme pas
la boîte clac clac
sous le vent brisant
le silence des pavillons
bien rangés les fleurs
entourées de pierres
elle pense à un cimetière

 

learning to fly, pink floyd

 

 

 

perfect day

 

le bruit familier des enfants
à l’étage
et sous elle
rien
que le froid du carrelage
fenêtres ouvertes
l’odeur des pelouses rabotées
au centimètre près
pas un souffle d’air
elle s’allonge sur le carrelage
mains sur le ventre
pour vérifier
qu’elle respire encore
le monde est parfait

 

perfect day, lou reed

 

Deux poèmes (sur dix-huit) extraits de ordinaire, qui vient de paraître chez La Porte, un éditeur pas ordinaire.

La micro maison d’éditions La Porte est dirigée par Yves Perrine.  Depuis des années, avec son épouse Monique, il plie, assemble et coud des recueils de poésie de quelques 16 ou 24 pages, rectangulaires au format 10×14 et à la jaquette toujours ivoire, cousus main et numérotés à 200 exemplaires.
À l’enseigne de la revue Poésie en voyage, les éditions La Porte d’Yves Perrine nous proposent, dans la tradition des rares et précieux “minuscules”, des ouvrages de nombreux auteurs comme Bernard Noël, Jean Rousselot, Andrée Chedid, Hélène Cadou, Max Alhau, Gilles Baudry, Antoine Emaz, Jean-Pierre Boulic, Jacques Ancet, Jean Lavoué, Marcel Migozzi, Gabrielle Althen, Guénane…
Avec toujours une prédilection pour les textes brefs, qu’il distille six fois par an par abonnement. Chaque recueil est tiré à 200 exemplaires et reste disponible au prix de 3,80 euros à l’adresse d’Yves Perrine (Yves Perrine, 215 rue Moïse Bodhuin, 02000 Laon).
(Denis Heudré)

Une expérience pas ordinaire, faite d’échanges uniquement par courrier postal (pour se « parler », pour corriger les épreuves). A tel point que, pour ses archives, Yves Perrine demande que l’on recopie à la main un poème de Rimbaud, et l’ensemble de ses propres poèmes, sur beau papier. Pas ordinaire, super !

IMG_8077

 

 

Samouraï

P. Devresse

Photo : Patrick Devresse

 

Samouraï

 Je ne possède pas de robe. Je n’aime pas les robes. Je n’ai pas de robe. Je ne porte jamais de robe. Les robes rendent les corps fragiles. Elles sont légères feuilles de papier au vent. Si je portais une robe elle m’emporterait loin de moi. Je n’ai pas de robe comme je n’ai pas de corps. Mon corps a disparu. Mon corps est à l’intérieur de moi.  Les robes s’impriment sur les corps. Les coutures des robes sont des cicatrices. Mon corps est une tombe les fleurs de la robe comme sur une morte alors. Dans le jardin robes sèchent étendues comme des corps morts aux fils des filles. Mais sous le vent la vie dans les robes se soulèvent comme mon coeur dans mon corps de trop de légèreté. Si j’avais une robe à étendre je la ferais brûler sous le soleil. Je morterais ma robe. J’arracherais ses motifs. J’étranglerais la robe avec sa ceinture. J’enfoncerais les fleurs de la robe dans la gorge de la robe. Je la noierais dans le bain de ses couleurs. Si je devais porter une robe ma robe serait une armure. Elle ne s’envolerait pas. Elle ne se soulèverait pas. Elle me porterait moi et mon corps. Je serais une samouraï.

« Sur la robe elle a un corps » Blaise Cendrars

 

Samouraï est un texte que j’ai écrit en 2014 pour le projet du photographe Patrick Devresse. Chic type, grand photographe. Il a sollicité une trentaine d’auteurs (romanciers, poètes) rencontrés lors des Escales des Lettres à Béthune. Ecrivains qu’il photographie par ailleurs pour l’anthologie Lettres Nomades (Ed. La Contre Allée). Donc, il a proposé à plusieurs d’entre nous d’écrire un court texte à partir d’une photo dont il est l’auteur. L’ensemble (textes et photos) est publié dans un petit livret Images nomades (voir ci-dessous), gratuit, distribué lors des expositions en cours ou à venir. La toute première expo aura lieu à la Médiathèque du Palais Saint-Vaast, à Arras (inauguration le 16 janvier). Et on peut voir le travail de Patrick Devresse ici : http://www.patrickdevresse.com

livret photos