K.O

« La lettre » Jacob LAWRENCE, Whitney Museum, NYC, juillet 2015

Nous continuerons à chanter, à danser, à baiser, à aimer, à rire, si ça nous chante, à hurler bêtement à un match de foot, à débattre sans fin du monde à une terrasse de café, à vibrer avec la foule au son d’une musique rock, si ça nous chante, nous continuerons à lire, à écrire, à nous engueuler, à aimer et haïr ce pays, si ça nous chante, nous continuerons à ne pas avoir la foi, à manifester, à chérir la liberté, à nous saouler de vin, de mots et de musique, si ça nous chante, nous continuerons à brûler des pneus, à protester, si ça nous chante, nous continuerons à aimer nos révolutions de 1789 à 1968 en passant par la Commune,  nous continuerons à baiser sans aimer, si ça nous chante, à aimer des filles si on est fille, à aimer des garçons si on est garçon, à aimer les deux, à deux ou à trois, si ça nous chante, nous continuerons à dresser des barricades sur les routes de France, à bloquer le pays, si ça nous chante, nous continuerons de lire Rabelais, Rousseau, Voltaire, Victor Hugo, Albert Camus, Simone de Beauvoir, nous continuerons de blasphémer, de caricaturer, si ça nous chante, nous continuerons à nous demander quoi faire de notre liberté, à débattre de la démocratie et de l’autogestion, nous continuerons à vivre sous les Lumières, si ça nous chante, je continuerai à ne pas vous appeler barbares mais assassins, je continuerai à penser que vous êtes des hommes, si ça me tue quand même, je continuerai à ouvrir des livres pour comprendre comment nous avons pu en arriver là, je continuerai à ne pas hisser les couleurs du drapeau français comme je continuerai à ne pas chanter la Marseillaise ni à aimer le mot patrie, mais je continuerai à aimer là d’où je viens, là où je vis, ce foutu pays mal fichu, comme je continuerai à ne pas laisser mon pays à l’extrême-droite,  je continuerai à penser que votre truc n’a rien à voir avec la religion mais avec du fascisme, nous continuerons sans doute à être tués à des terrasses de café, dans des salles de concert, des stades de foot, des rues de Paris, des avions, des centres commerciaux, des trains, des musées, sans doute, mais nous continuerons à vivre, que ce soit à Paris, Ankara, Beyrouth, vous pouvez continuer à nous tuer, nous ne sommes pas morts même pas morts.

 

 

Dans la bibliothèque, je retrouve ceci. Bien sûr, il ne s’agit pas de comparer ce qui n’est pas comparable. Mais ce qu’écrit là Primo Levi sonne étonnamment  juste, et il est remarquable qu’un homme ayant vécu ce qu’il a vécu, replace la pensée, la réflexion, au milieu du chaos, de l’impensable. Une leçon :

« Peut-être que ce qui s’est passé ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où comprendre, c’est presque justifier. (..) Mais dans la haine nazie, il n’y a rien de rationnel : c’est une haine qui n’est pas en nous, qui est étrangère à l’homme, c’est un fruit vénéneux issu de la funeste souche du fascisme (..). Nous ne pouvons pas la comprendre; mais nous pouvons et nous devons comprendre d’où elle est issue, et nous tenir sur nos gardes. Si la comprendre est impossible, la connaître est nécessaire, parce que ce qui est arrivé peut recommencer, les consciences peuvent être à nouveau être déviées et obscurcies : les nôtres aussi. C’est pourquoi nous avons le devoir de méditer sur ce qui s’est produit.

(..)

Il faut rappeler que ces fidèles, et parmi eux les exécuteurs zélés d’ordres inhumains, n’étaient pas des bourreaux-nés, ce n’étaient pas -sauf rares exceptions-des monstres, c’étaient des hommes quelconques. Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux; ceux qui sont dangereux, ce sont les hommes ordinaires (..) »

Primo LEVI, appendice à  Si c’est un homme (Julliard, 1987)

En marchant vers la Bibliothèque de New-York, juillet 2015
En marchant vers la Bibliothèque de New-York, juillet 2015
Publicités

6 réflexions au sujet de « K.O »

  1. Merci Sophie pour cette magnifique réaction à l’innommable et à ce qui a suivi et qui n’est peut-être pas près de nous lâcher…amitiés!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s